Pulpeux, le canapé Bocca Gufram

Pas de commentaire

Une pièce résolument décalée, du pop art à l’état pur. Le pulpeux canapé Bocca Gufram a tout un passé derrière lui, mais est toujours édité. Œuvre d’art à lui seul, il suscite bien des réactions. Retour sur son histoire.

La patte du surréaliste Dali !

Pas d’étonnement quant au créateur originel de cette pièce. Le surréaliste Salvator Dali est effectivement à l’origine de ses lèvres géantes en guise de salon au demeurant confortable. Dessiné en 1935 pour rendre hommage à la bouche de l’actrice Mae West, décrite comme la plus belle bouche des stars hollywoodiennes de l’époque, le siège a été repensé en 1971 par l’agence Studio 65, dont les designers se sont, cette fois, inspirés de Marilyn Monroe pour redessiner le contour pulpeux de ses lèvres parfaitement maquillées.

La conservation de cet ADN pop est aujourd’hui pérennisée par la société italienne Gufram qui assure la descendance de ce Bocca désormais culte. Il s’agit pour cet éditeur de conserver l’âme sensuelle de l’objet en la projettant dans le 21ème siècle. Aussi, des remix sont proposés, plus tendances, et plus rock’n’roll. En édition limitée, les nouvelles créations sont distillées avec parcimonie. Deux nouvelles versions du Bocca débarquent en 2008, l’une noire, l’autre rose, chacune éditée en 500 exemplaires.


CANAPE.NET : c’est aussi un guide d’achat et comparateur de prix. Des centaines de produits




Le Bocca noir nommé Dark Lady prend des allures plus négligées et affiche une désinvolture naturelle. Dark Lady s’inscrit volontairement dans un univers gothique bien plus rock. Un piercing géant sur le coin de la commissure lui confère cet air négligé qui le positionne dans un esprit plus trash. Plus contemporain aussi. L’autre proposition est plus soft, la Pink Lady, propose un nouveau rouge à lèvres d’une couleur plus fascinante et tendance – le fuchsia – Un arrangement d’idéal pour une modernité étincelante spectaculaire.

Quelque soit la vision que l’on se fait de ce canapé aussi célèbre qu’hors norme, on image aisément que le confort n’était pas la priorité des priorités. Malgré cela, la mousse polyuréthane qui le compose offre une assise plutôt plaisante, si l’on fait abstraction de l’absence d’accoudoirs. Le piètement aussi est inexistant. Le meuble est cependant stable, il promet 2.12 mètre d’assise rembourrée et est entièrement déhoussable et s’affiche autour de 6 500€.

Pin It
In : Culture

A propos de l'auteur

Participer

Votre adresse email ne sera pas publiée (obligatoire)

VOUS AVEZ AIMÉ LIRE AUSSI
  • Ikea au pied de la tour Eiffel ?
    135 Lectures

    Le géant suédois Ikea programme un développement d'implantation musclé sur le sol français. Sa nouvelle arme : une implantation au cœur même des villes. Hambourg en Allemagne a déjà son

  • A la recherche du petit prix
    42 Lectures

    Petit prix mais il fait le maximum Pour le canapé tissu, le budget est bien moins important que pour un salon tout en cuir. Que proposer de mieux, qu'un salon Ikéa pour associer le petit prix, le

  • Canapé Roma Conforama vs Spades Fly
    1820 Lectures

    Pour ouvrir le bal de la nouvelle rubrique "matches", nous allons mettre en compétition deux canapés fixes en trois places. Le modèle Roma de chez Conforama et le modèle Spades de chez Fly. Cette

  • Deux angles antinomiques
    93 Lectures

    Pas de répit dans la rubrique matches avec aujourd'hui deux angles qui semblent antinomiques à première vue. Ce duel courtois qualifié dans le jargon de la boxe d'acte d'opposition, promet

CUIR
LES PRODUITS A DÉCOUVRIR
L’ÉDITORIAL DE LA RÉDACTION
AMÉNAGEMENT INTÉRIEUR