canapé tissu

1. Le tissu

C’est pourtant vrai, le canapé en tissu tire toujours son épingle du jeu, représentant la moitié des modèles achetés dans le commerce. Bien plus facile à appréhender que d’autres matières, les tissus sont multiples, synthétiques ou naturels, unis ou rayé, à motifs ou carreaux. La panoplie est plaisante et la liste longue. Voici un bref aperçu de quelques salons disponibles sur le comparateur pour les visiteurs en quête d’un achat rapide. Pour les autres encore soucieux de réfléchir aux avantages et inconvénients, le blog met à votre disposition de nombreux articles qui traitent justement du sujet. Parfois trop pressés, nous pouvons passer à côté de revêtement méconnus qui auraient bien fait notre affaire. Soyez patient.

TISSUCONFIGURATIONMATIÈRES
Canapé 2 places tissu
Canapé 3 places tissu
Canapé tissu 2+3 places
Canapé de montagne
Fauteuil tissu
Tissu
Microfibre
Coton
Lin
Synthétique
Velours

C’est la plus grande force du tissu, et peut-être aussi sa plus grande faiblesse, la variété. Que ce soit un motif incrusté en ton sur ton dans la trame même du tissu (comme la technique du chevron ou du gaufrage) ou bien un  imprimé plus contrasté (lignes, rayures, motifs floraux, à carreaux…), la diversité proposée ne connait pas de limites. Côté motifs, le champ des possibles est tout simplement infini. Cet avantage indiscutable assure un aspect décoratif au moindre canapé tissu, qui n’est pourtant pas réputé pour son esthétisme.

2. Des conseils précieux sur le tissu

Savez-vous quelles solutions existent aujourd’hui sur le marché en matière de tissu ? Savez-vous choisir la couleur et la texture avec aisance ? Le tissu dans le domaine des salons font preuve d’originalité, voire même d’innovation. De l’anti-tâche au changement de couleur et aux différents effets, les industriels recherchent constamment à surprendre le consommateur. Parfois à raison, parfois à tort. Voici quelques exemples d’articles qui abordent le sujet. Et si ce n’est pas suffisant, le site regorge d’autres billets à cet effet. Prenez le temps de parcourir à vos heures perdues quelques lignes avec un seul objectif au final, faire le bon choix.

3. Le BABA des différents tissus


Fibre naturelle d’origine végétale qui entoure les graines de cotonniers. Cette fibre textile permet d’obtenir des tissus doux et agréables au toucher qui sont employés dans de nombreux secteurs, ameublement compris. A l’état brut, la fibre supporte des lavages à hautes températures. Le coton blanc peut donc être aseptisé (peut bouillir et être chloré). Dès lors qu’il est teinté, le coton doit être lavé à 40°C maximum. Le coton est hypoallergénique et perméable à l’air, il laisse la peau respirer. En revanche, il n’est pas très isolant. Cependant, c’est une matière longue à sécher et qui a tendance à rétrécir au lavage. Elle est peu élastique et froisse facilement. Cependant, elle supporte un repassage jusqu’à 200°C. Par ailleurs, le coton est sensible à l’humidité (en raison de son fort pouvoir absorbant) et peut facilement moisir néanmoins, il est peu enclin à l’électricité statique. Enfin, il a du mal à tenir les couleurs qui peuvent pâlir avec le temps.

Très utilisée dans l’ameublement qu’elle anoblit, la fibre végétale de lin est sans doute la plus écologique de toutes les fibres. D’abord parce qu’elle est cultivée dans les régions européennes notamment dans le nord de la France. Ensuite parce que cette plante est un véritable aspirateur à CO2 dont la culture ne nécessite pas d’irrigation. La fibre est recyclable et cultivée dans le respect de l’environnement. Hypoallergénique, et aux qualités antibactériennes naturelles, les fibres de lin sont également thermorégulatrices grâce à Sa perméabilité à l’air et à ses qualités d’absorption : l’humidité est absorbée sans provoquer de sensation au toucher. Le tissu en lin est particulièrement solide et confère des qualités de résistance à l’abrasion, le lin ne peluche pas. Tout comme le coton, le lin a du mal à garder les coloris intacts au fil du temps. Blanc, le lin peut être bouilli. Dès lors qu’il est teint, il est à laver à 60°C maximum. Il supporte le séchage en machine et le repassage à 220°C.

A l’origine de cette étoffe, de la cellulose, une fibre végétale, issue de la pulpe des arbres. Jusque là, rien de moins naturel. Là, on cela se gâte, c’est dans le traitement. En effet, la cellulose nécessite d’être transformée chimiquement avec de la soude. Voilà, c’est le seul hic. Donc rien de bien méchant. La viscose doit sans doute sa mauvaise réputation dans le fait qu’elle ait été baptisée “soie artificielle” ou encore de “rayonne” artificielle. L’adjectif artificiel induit en erreur. Pour autant, on est loin du synthétique. La base reste de la fibre de bois !
La viscose est très souvent employée dans l’ameublement mais jamais à 100%. La proportion excède rarement les 30% mais cette fibre se retrouve dans de nombreuses compositions de tissus d’ameublement surtout mixée avec du coton, du lin, ou de la laine parce qu’elle assouplit le tissu et lui apporte de la douceur et du soyeux. En effet, la particularité de la viscose est de ressembler à de la soie. L’étoffe 100% viscose est extrêmement souple et brillante, elle eut son heure de gloire dans les années 50 puis a été détrônée par l’apparition des fibres synthétiques. La fibre fixe bien les couleurs et est extrêmement brillante. Elle est cependant peu absorbante : l’effet “mouillé” arrive très vite ce qui est désastreux en ameublement. Son autre inconvénient est que la viscose se charge facilement en électricité statique. Mais comme elle n’est jamais la matière principale d’un tissu d’ameublement, cela n’est pas un problème. La viscose supporte un lavage machine à 40°C maximum. En revanche, elle n’apprécie pas du tout le sèche linge.

Mohair, cachemire, angora ou alpaga, la laine est une fibre d’origine animale. La plus classique reste la laine de mouton. Mais d’autres espèces animales sont à l’origine de laine comme la chèvre, le lapin, le lama… Quelque soit l’animal duquel elle provient, cette matière a la particularité d’offrir un fort pouvoir d’isolation thermique. Parfois au prix du confort, car elle est accusée de “gratter”. La particularité est d’offrir aux tissus d’ameublement un toucher “sec ” apprécié des amateurs d’ambiance épurée et design. Naturellement ignifuge, la laine résiste bien aux flammes. Elle est également un régulateur d’hygrométrie, en piégeant l’humidité ambiante s’il y en a trop, inversement en libérant l’humidité dans un environnement trop sec. Son plus gros défaut est certainement celui d’être apprécié des mites desquelles il faut la protéger. La laine offre une bonne résistance au froissage, elle est cependant sujette au “boulochage” ce qui peut s’avérer inesthétique. Là encore, pour contrer ses faiblesses, la laine est rarement utilisée à 100% dans l’ameublement surtout lorsqu’il s’agit de couvrir un canapé. Néanmoins, cette fibre animale entre dans la composition de nombreux textiles notamment en combinaison avec la soie et le lin. La laine peut être lavée en eau tiède à 30°C mais elle ne supporte pas les torsions ni les frottements. C’est la raison pour laquelle les machines à laver le linge dispose d’un programme spécifique laine. Donc pas d’essorage intempestifs, encore moins de séchage en machine. De la douceur s’impose pour cette matière.
Pin It

Participer

Votre adresse email ne sera pas publiée (obligatoire)

EN CUIR
LES PRODUITS A DÉCOUVRIR
L’ÉDITORIAL DE LA RÉDACTION
AMÉNAGEMENT INTÉRIEUR